roulette-Martingale

Explication : martingale sur la roulette

La roulette est un jeu qui a connu une popularité croissante ces derniers temps. Ce qui a poussé certaines personnes à concevoir des méthodes et astuces provoquant du gain au jeu. Vous souhaitez améliorer votre chance dans les jeux de hasard, essayez la martingale sur la roulette.

A propos de la martingale

Si vous êtes un adepte de la roulette, vous avez déjà entendu certainement des martingales. En fait, les probabilités des gains dépendent surtout sur le hasard. Certaines personnes ont tenté de concevoir différentes stratégies pour devancer les maisons. Afin d’optimiser les chances à la roulette, de nombreuses méthodes véhiculent dans les casinos la martingale classique, la grande martingale, la pique mouche, la pyramide d’Alembert, la contre d’Alembert, les systèmes Labouchères. Toutes ces techniques font partie de la fameuse martingale. Elle s’annonce aussi la plus populaire. En fait, il s’agit d’une méthodologie donnant l’illusion de rehausser les chances de gain tout en se conformant aux règles de jeu. Parfois, la martingale de la roulette est exposée en tant que technique infaillible pour devancer d’autres stratégies aux jeux de hasard.

Les différentes variantes de la martingale

La technique la plus connue est la martingale classique. Elle consiste à parier sur un évènement susceptible de fournir environ 1 chance sur 2 et doubler tous les paris perdants jusqu’à être bénéficiaire. En fait, en supposant que l’on possède une chance sur deux de gagner en misant sur rouge ou noire – paire ou impaire. Quand on gagne, on est remboursé de tous les paris précédents, avec le pari initial.

Un petit peu semblable à la martingale classique, il y a aussi la grande martingale. Elle permet de doubler les mises en cas de défaite. Par ailleurs, mis à part la multiplication de la mise, il faudra en rajouter une unité supplémentaire durant chaque défaite. Ce qui est capable d’augmenter la probabilité de gain, tout comme le risque d’arriver au seuil limite de mise.

La piquemouche consiste également à recommencer la mise à partir d’une unité en cas de victoire et accroître votre pari suite à une défaite. Elle vous concède à jouer encore plus longtemps mais elle est moins opérante.

Pour la pyramide d’Alembert, il faut enlever une unité de mise après un gain et à en ajouter en cas de défaite. Celle-là intéresse beaucoup les joueurs qui veulent bénéficier des chances plus importantes après une casse. Quant à la contre d’Alembert, c’est tout le contraire de la pyramide. C’est suite à la défaite qu’on doit ôter une unité et d’en ajouter une suite à un gain. Cette version concerne les joueurs qui spéculent que les probabilités de gagner sont plus élevées que celles d’une défaite.

La martingale s’annonce efficiente en théorie, mais ce n’est pas le cas en pratique. En effet, en roulette, les probabilités des chances ne s’annoncent pas seulement de 1 sur 2, peu importe la variante du jeu, il y en a beaucoup.

Cette technique ne porterait sûrement pas ses fruits dans que dans l’hypothèse où la nature des résultats est entièrement aléatoire, ou le parieur est en possession de ressources incalculables, ou encore que la boule a de forte chance de tomber sur le rouge que sur le noir.

martingale-roulette-explication

Post Author: brzgames